Les jolies choses arrivent

Manga Shonen

Le Dévoreur de souvenirs, série complète de Kyoya Origami et Nachiya Murayama

23 septembre 2020
Le Dévoreur de souvenris, un shonen prenant le pas sur l’irréel et les légendes chez Delcourt Tonkam !

Salut tout le monde ! Comment allez-vous aujourd’hui ? L’automne approche, même si l’on se sent encore bien en été et je pense que ce manga tombe à la bonne saison. Le Dévoreur de souvenirs est un shonen mêlant enquête et fantastique, une lecture intrigante qui pourrait rendre cette période automnale pleine de suspens !

Le synopsis

Ryôichi, étudiant, mène des recherches sur les légendes urbaines et s’intéresse à la façon dont elles sont propagées. Alors que plusieurs personnes perdent étrangement la mémoire autour de lui, il entend parler d’un mystérieux monstre, le Kiokuya, qui se nourrit de souvenirs. Mais ce Kiokuya existe-il vraiment ? Et pourquoi chercherait-il à effacer la mémoire de ceux qui viennent le voir ?

Le livre

Cette série de manga shonen vient tout juste de sortir chez les éditions Delcourt Tonkam et est composée de deux volumes. Le registre du fantastique m’a bien intrigué et je pense qu’elle peut intéresser les fans de mystères et de légendes. Ce manga peut être lu à partir de 13 ans selon moi car il n’y a rien de choquant. Toutefois, les lecteurs de 15 ans et plus s’identifieront plus au récit car les personnages ont entre 17 et 25 ans. Le premier volume est composé de 176 pages et le second de 176 pages. Ils ont respectivement 17 et 15,7 de moyenne sur Livraddict.

Mon ressenti

Cette lecture a mis un peu de temps à décoller pour moi. Je ne me suis pas tout de suite imprégnée de l’univers. Ryô est un étudiant qui doit faire des recherches sur les légendes urbaines. Il choisit d’étudier celle du Kiokuya car son amie d’enfance a étrangement perdue la mémoire lorsqu’ils étaient enfants. Il n’y croit pas vraiment, mais un doute persiste au fond de lui. Dès lors où il entend des rumeurs disant que des personnes ont subitement perdus la mémoire, il cherche à leur parler et à recueillir des souvenirs du Kiokuya, mais celui-ci ne laisse personne se souvenirs de lui. Certains disent que c’est un homme, d’autres une femme, les versions sont partagées.

Ce shonen met en avant une question de morale et d’éthique. Est-il vraiment correct d’effacer la mémoire des gens même s’il s’agit de leurs mauvais souvenirs ou s’il s’agit de leur propre souhait ? Si les personnages ayant oubliés leurs souvenirs ne comprennent pas les conséquences, ceux qui les côtoient sont perdus. Une injustice apparaît alors pour les oubliés, qui sont des dommages collatéraux.

Une question de développement personnelle se pose aussi : l’identité d’une personne n’est-elle pas entachée si on lui enlève une partie de ses souvenirs, de ses expériences et de son vécu ? La personne reste-elle réellement elle-même en ayant perdu une partie de sa mémoire ? N’est-ce pas par les expériences que nous forgeons qui nous sommes ? Toutes ses questions, ce raisonnement, ce sentiment d’incompréhension, tout cela donne à Ryô l’impulsion d’agir. Agir oui, mais comment lorsque personne ne se souviens du monstre ?

Cette enquête, assez rapide car Le Dévoreur de souvenirs est divisée en 2 tomes, est prenante et originale. On ne peut pas dire que ce manga manque d’originalité ou de fondements scéniques solides mais pour moi il a manqué d’un peu de charisme, de vivacité, de punch ! Je regrette ce petit manque que j’ai ressenti, cette adrénaline. C’est une série parfaite à lire pour l’automne et je vous la conseille vraiment à cette période, pour mieux ressentir cette sensation de suspens qui m’a échappée.

CONNAISSEZ-VOUS CETTE DUOLOGIE ? LE DÉVOREUR DE SOUVENIRS NE VOUS FAIT PAS PEUR ? VOUDRIEZ-VOUS QU’IL EFFACE UNE PARTIE DE VOTRE MÉMOIRE ?

@SpaceBubble_Off

Instagram : spacebubbleblog

Mail : chiara@spacebubble.fr

Vous aimerez sûrement

Aucun commentaire

Laisser un message