LifeStyle

Mon organisation pour les cours

20 octobre 2017

Hello tout le monde ! Je me suis dis qu’un article sur mon organisation pour les cours vous plairait peut-être. Je suis en deuxième année de fac de sociologie et j’adore ce que je fais. Cet article et mes méthodes peuvent convenir et être adapté lorsque l’on est au lycée ou à la fac. J’ai utilisé deux méthodes différentes et je vais vous les expliquer.

L’organisation c’est vraiment important quand on entre dans les études supérieures, et surtout en fac car tu es vraiment lâché. Si tu fais pas les choses, tout le monde s’en fou, tu auras juste ABI (une mention qui t’empêche de valider ton année même si tu as travaillé dans les autres cours). Voilà pourquoi le travail autonome est important dans les études.
J’ai expérimenté deux méthodes : celle des fiches et celle de l’impression des cours que l’on surligne par la suite. Durant toute ma période lycée j’ai utilisé des fiches. Le plus pratique pour moi a été d’utiliser des fiches de couleurs pour classer les différentes matières : l’histoire en vert, les maths en rouge, la SES en bleu et le français puis la philo et les langues en jaune. Je n’ai jamais fait des fiches synthétiques (du style « on ne met que les titres et éléments majeurs »). J’ai toujours mit tout le cours dedans mais avec des abréviations et des icônes (des flèches, des tirets, des panneaux attention, etc). Pourquoi ? Vous me direz sans doute que ça ne sert pas à grand chose. C’est vrai que beaucoup de personnes me l’ont dit. Ces personnes faisaient des fiches synthétiques (comme presque tout le monde) sauf qu’elle rouvraient leur cahiers en plus de voir leurs fiches pour les contrôles ou pour le bac. Moi, rien que la vue ce mes énormes classeurs de cours me déprimait. Je savais très bien que s’il fallait que je rouvre mes classeurs, je ne réviserai jamais. Du coup mes fiches étaient très complètes : 2 fiches (2 recto-verso) correspondait à un chapitre. Je ne relisais donc que mes fiches et je ne rouvrais jamais mes classeurs. Cette méthode m’a beaucoup aidé durant toutes mes années lycées. Pour le bac, ça a été beaucoup plus facile pour moi de me motiver à travailler et le résultat était là. Bon, en même temps j’ai révisé en maillot de bain, au bord de l’eau sous 35°, il y a plus malheureux aussi !

J’ai continué cette méthode en première année de licence. Les fiches c’est bien mais ça me prenait beaucoup de temps. Comme je m’étais lancé la-dedans, je ne voulais pas arrêter en plein milieu de l’année. C’était et ça reste une bonne méthode mais cela me prenait trop de temps à réaliser pour l’utilisation  que j’en faisais (quand on a un BAC ES en poche et qu’on entame une licence de Sociologie à la fac de Bordeaux, la première année c’est de la révision, 80% était du déjà-vu). Du coup, pour cette deuxième année, j’ai décidé de changer de méthode.

A la fac, je prends mes cours à l’ordinateur, sur Word. Je ne fais pas des tirets ou autres. J’écris TOUT. Mon cours est comme une grande dissertation, tout est rédigé. Je tape assez rapidement sur mon clavier pour réussir à prendre les phrases des professeurs avec exactitude. C’est vrai que du coup en cours, lorsque je suis bien concentrée, je ne lève pas le nez de mon écran. Cependant, pour moi, c’est plus facile d’apprendre le cours lorsqu’il est bien rédigé. On n’y pense pas forcément mais quand à la fin du semestre on a les partiels et que tout notre cours est bien rédigé, il est plus facile de se le remémorer. Alors que si tout est écrit en tirets, avec les flèches sans liens apparent, il est plus compliqué de se remémorer les liens entre les différents événements.

A chaque fois qu’un chapitre est terminé, je l’imprime. Pour l’économie de papier c’est pas top en effet, du coup j’essaie de faire des économies d’espace sur la mise en page. La police Calibri Corps en police 11 est facile à lire. Je mets le format du texte en justifié et les marges sont étroites. Cela permet de gagner un peu d’espace voir de ne pas passer sur une feuille suivante alors que l’on a encore de la place. Ces cours, durant tout le semestre, vont être classés dans des pochettes à élastiques. Je vais alors au fur et à mesure, surligner les choses importantes avec mes stabylos. J’ai mon code couleur à moi et comme ça je vois immédiatement les éléments essentiels tout en ayant les phrases qui m’aideront à construire mes dissertations lors des partiels. C’est grâce à ça que j’arrive à mémoriser mes cours.

 

  

Dans ma trousse je n’ai que ce qui est important pour surligner mes cours et les annoter. Des surligneurs Stabylos de couleurs pastels (j’adore ces couleurs ! On dirait que c’est fait à l’ordinateur tout en gardant l’agréable de surligner à la main ses cours. J’ai deux stylos noirs avec des tailles de pointes différentes pour annoter mes cours (si j’ai une idée, ou si j’ai oublié quelque chose). Mon stylo quatre couleurs c’est le stylo qui ne prend pas de place mais qui me sert lorsque l’on a des devoirs surveillés en TD. Au moins je n’ai pas trois milles stylos, ce qui m’embêterait trop. À ne pas oublier dans ma trousse, sans doute la deuxième chose la plus importante après mes Stabylos, ce sont les post-it pour livres. En fac de sociologie, on lit beaucoup d’articles de presse, de revues scientifiques et de livres. Mes post-it me permettent de marquer les pages là où il y a des choses importantes à retenir, des citations, ou des concepts à expliciter.

Pour m’organiser pour les cours (tout ce qu’il y a à faire pour la fac), pour les objets personnels et pour le sport, j’ai un agenda qui est sous forme de Bullet Journal. C’est un assez gros Bullet Carnet dans lequel je mets absolument tout dedans. Parce que pour s’organiser pour les cours, il faut savoir si on a un rendez-vous chez le médecin, si on à prévu d’aller à une soirée, si on rentre voir ses parents ce week-end. Heureusement que je l’ai car sinon je serai perdue entre tous les carnets différents où je marquerais mes rendez-vous.

Il y a des to do list de prévues, des plannings pour les 6 mois, puis pour chaque mois, puis une présentation pour la semaine. Il est vraiment bien fait et on peut écrire nos objectifs du mois et de la semaine, ce que l’on a à faire, ce que l’on a aimé cette semaine. En plus, au début du carnet il y a des pages pour les livres, pour les films à voir, pour les séries, et des pages blanches pour y mettre ce que l’on veut. De ce fait, avec lui, j’ai toutes mes idées. J’y mets mes Services Presses, mes idées pour le blog et mes photos à réaliser. Grâce à lui j’organise tout et j’ai tout sur un seul carnet. Je vous mets les photos qui vous aideront à visualiser comment je l’ai organisé.

Chacun a sa propre méthode, on peut avoir une mémoire visuelle comme une mémoire écrite. Tout dépend de comment vous apprenez le mieux. Chaque méthode est modifiable pour l’adapter au mieux à soi.

Voilà ! J’espère que cet article vous a plu et que cela vous aide aussi pour vos propres cours et manières de réviser. À très vite !

@SpaceBubble_Off

Instagram : spacebubbleblog

Mail : chiara@spacebubble.fr

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply miminewords 31 octobre 2017 at 12 h 24 min

    Coucou très bon article et je me sens moins seule du coup à faire des fiches comme cela beaucoup me dise que je perd mon temps mais c’est comme toi les gros classeurs me font peur on va dire et puis c’est plus simple de se balader avec nos fiches en vacances que prendre les classeurs 🙂

    • Reply SpaceBubble_Off 31 octobre 2017 at 13 h 54 min

      Ça me fait plaisir ! Mais oui les gros classeurs c’est comme un tue l’amour en fait. C’est trop gros et on sait au final qu’on aura pas le courage de l’ouvrir pour réviser. Ça fait trop peur de voir cette immense masse de travail. Et oui comme tu le dis, les fiches c’est plus petits, on les emmène partout!

    Leave a Reply