Les jolies choses arrivent

Shojo

Moving Forward de Nagamu Nanaji

13 novembre 2018

Hello les bulles ! Cet article sur le manga Moving Forward de Nagamu Nanaji devait paraître hier mais je n’ai fini de lire le tome 2 qu’hier en fin de soirée. Et je voulais vous parler de ce manga après avoir lu le tome 2 pour me faire un avis plus complet. Ça faisait longtemps que je ne vous avais pas parlé de manga mais je n’avais pas envie d’en lire depuis récemment.

Le synopsis du tome 1

 

Sourire pour quoi ? Sourire pour qui ?
Pour masquer ses blessures… ou exprimer sa joie ?
Kuko, jeune lycéenne, affiche toujours un sourire radieux ! Mais autour d’elle, personne ne semble soupçonner que derrière cette apparente bonne humeur se cache une profonde douleur. Ni son père. Ni Kiyo, son voisin métisse. Ni Ibuki, son amie d’enfance fan de shôjo mangas. Seul Outa, jeune étudiant en école d’art, réussit à lire en elle, au-delà des apparences. Car en réalité, depuis sa plus tendre enfance, Kuko souffre d’une absence : de celle d’une mère décédée lors du grand séisme de Kobé. Alors, pour exorciser tout son mal-être, la jeune fille aime tenir son blog photo, sur lequel elle poste « sa vision du monde », à travers le regard des animaux. Mais l’arrivée dans son quartier d’un garçon plus perspicace que les autres pourrait bien chambouler son quotidien…

 

Le manga

Ce manga est un shôjo qui peut être accessible dès 13 ans. Il est bâti sur les thèmes de l’adolescence, du spleen et de l’art. D’une grande douceur, rien ne peut heurter la sensibilité de jeunes lecteurs. Il contient 190 pages et est édité chez la maison d’édition Akata. Aujourd’hui, 9 tomes sont déjà parus. Le premier tome a une note moyenne de 15,5 sur Livraddict.

Mon ressenti

J’ai acheté les deux premiers tomes il y a déjà un moment. Je ne m’étais pas encore penchée dessus, bien qu’en librairie ils m’avaient beaucoup tenté. Le début de ma lecture du premier tome a été un peu laborieuse (j’ai recommencé trois fois le début parce que j’avais du mal à comprendre l’histoire). Une fois que je me suis penchée réellement dessus, et en y mettant toute ma concentration, j’ai pu apprécier l’univers et la vivacité des personnages. Je ne m’attendais pas vraiment à un manga avec des personnages aussi vis, etc c’est sans doute ce qui me plait le plus. A l’inverse d’autres manga où le rythme est plutôt lent pour que les scènes s’allongent, celui-ci présente un rythme de vie rapide et parfois même trop pour le lecture. Il faut un temps d’adaptation.

Kuko est un personnage plutôt sympa mais il lui manque un côté réel qui apparaît plus lors du deuxième tome. En fait, dans le premier tome, Nagamu Nanaji met en place l’univers, la ville, les personnages et leurs vies. De ce fait, l’histoire en elle-même et son thème principal n’est pas vraiment abordé. Je trouve que le premier tome ne montre pas assez son thème premier : être soi-même. Comme dit dans le synopsis, Kuko sourit tout le temps, peut importe ce qui arrive. Pourquoi ? Eh bien, elle veut sourire pour donner envie aux gens de sourire. D’un certain côté, on a besoin d’un premier tome qui pose le cadre, mais je trouve qu’il manque d’attrait.

Le second volume est plut intéressant à mon goût. Il explique en partie pourquoi Kuko a décidé de sourire tout le temps. Mais sa façon d’être est remise en question par Sazuku, un nouveau dans le quartier. C’est là que Kuko commence à se poser des questions sur sa façon d’être, car elle n’est pas réellement elle-même. Elle cache quelque chose de plus profond en elle, une douleur, un souvenir qui la chagrine mais qu’elle garde bien enfouie. On commence à voir ce visage apparaître. C’est cette partie d’acceptation de l’individu ou non que je trouve le plus intéressant.

Au niveau des personnages secondaires, j’avoue ne pas avoir été charmée plus que cela par les personnages masculins hormis un seul : Suzuku : c’est lui qui va faire prendre conscience à Kuko de sa façon d’être qui n’est pas si bienfaisante. Il est froid et pas particulièrement gentil, mais j’aime bien son personnage, par a simplicité. Kiyo est un peu trop vif pour moi et trop excessif dans ses paroles, dans son comportement. Celui qui me fait rire c’est le vieux homard (désolée mais on connait pas son prénom). C’est un vieil homme que Kuko aide de temps en temps et il est marrant.

Dans l’ensemble, cette série de manga est sympa. Le tome 1 ne m’a pas forcément donné envie de continué mais le tome 2 est plus intéressant. Je continuerai sans doute cette série à un autre moment car elle n’est pas addictive pour autant.

Voilà ! J’espère que cet article vous a plus ! Et vous, vous connaissez ce manga ? Qu’en pensez-vous ?

 

@SpaceBubble_Off

Instagram : spacebubbleblog

Mail : chiara@spacebubble.fr

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires

  • Répondre Carnet de Lucie 13 novembre 2018 at 19 h 07 min

    Ton article est très intéressant ! Néanmoins je ne pense pas que je l’achèterais pour le lire, surtout que pfiou déjà 9 tomes de sortis… ça ne donne pas envie de se lancer ^^’ C’est bien la chose qui me fait réfléchir à deux fois avant d’acheter un manga. En tout cas, si il sort un jour en animé je me laisserais peut être tenter !

    Bonne soirée!

    • Répondre SpaceBubble_Off 13 novembre 2018 at 19 h 44 min

      Je comprends tellement ! J’ai tendance à préférer les petites séries de manga aussi parce que ça fait cher le manga pour même pas 1h de lecture 😜
      C’est vrai que ça serait sympa s’ils sortaient un animé !
      Belle soirée à toi aussi 😘

    Laisser un message