La mode, inépuisable source d’inspiration… ou de pollution ?

La face cachée des tendances : la production et le coût environnemental

La mode n’est pas que strass et paillettes. Derrière les podiums et les magazines glamour, il y a une réalité moins reluisante : celle de l’impact environnemental de la production vestimentaire. Selon le rapport de Quantis de 2018, l’industrie de la mode serait responsable de 8% des émissions de gaz à effet de serre mondiales, soit presque autant que l’ensemble du continent européen. Nous ne parlons même pas des litres d’eau gaspillés pour confectionner un simple t-shirt…

Les initiatives prometteuses pour une mode plus durable

Heureusement, certains acteurs de la mode commencent à réagir. De plus en plus de marques proposent par exemple des collections en coton biologique, une matière nécessitant moins d’eau et de pesticides que le coton traditionnel. Certaines enseignes mettent également en place des programmes de recyclage de vêtements, permettant de donner une seconde vie à nos vieilles fripes. Une autre solution, à laquelle nous adhérons fortement, est la mode “slow-fashion”. Celle-ci prône une consommation raisonnée et réfléchie. Exit la “fast-fashion” où l’on achète à la va-vite ; ici, on privilégie la qualité à la quantité.

L’implication du consommateur dans le changement : consommer mieux pour moins polluer

Nous croyons fermement que notre pouvoir en tant que consommateurs est immense. A nous de choisir des vêtements respectueux de l’environnement, de privilégier les matières organiques et les marques éthiques. Et ce n’est en aucun cas antinomique avec le plaisir de se vêtir ! Bien au contraire, s’habiller de manière consciente, c’est aussi se reconnecter avec le vrai sens de la mode : l’expression de soi. Ne l’oublions pas, chaque achat est un vote pour le monde que nous souhaitons.

En somme, les défis qui attendent l’industrie de la mode sont immenses. Mais les évolutions positives sont bel et bien présentes. Les initiatives pour une mode plus durable foisonnent et nous, consommateurs, nous devons continuer à encourager ces démarches en privilégiant des vêtements éco-responsables. Ensemble, nous avons le pouvoir de changer les choses dans l’industrie de la mode.